San Cristobal de Las Casas / Reportages

Ville de San Cristobal de las Casas

Reportages sur San Cristobal de Las Casas, Chiapas

    Au Sud-est de la République Mexicaine, dans l’un des états dont la biodiversité se distingue par la richesse de sa faune et sa flore, se trouve l’une des villes fondées à partir de 1528 par Diego de Mazariegos, juste après que les espagnols eurent prit en charge le vice-règne de Chiapas.
    C’est durant l’époque coloniale que cette ville allait s’imposer comme la ville la plus importante du pays ; seconde Villa Real de Chiapa également connue sous le nom de Chiapa des espagnols ou Ville Réelle.
C’est ici précisément que surgit une ville qui au fil du temps sut enrichir son aspect urbain en suivant l’esthétique des époques successives, et où les  constructions de style et forme particuliers donnèrent naissance à l’une des plus belles destinations touristiques du pays : San Cristóbal de las Casas.
Elle doit son nom à l’Evêque Fray Bartolomé de las Casas, défenseur des indigènes qui peuplaient le lieu au XVI et inspirateur de la nouvelle foi dans le dit « Nouveau Monde ».De cette solide manifestation religieuse, résultèrent la majorité des temples encore conservés à ce jour, lesquels reflètent la force impliquée par le choc de deux cultures distantes ainsi que la fusion de leurs esprits dans le creuset d’une nouvelle patrie  née suite à de grands efforts.

    San Cristóbal de las Casas, à l’égal d’autres villes, a su conserver ses « Plazuelas » (places abritant un kiosque en son centre), ses rues pavées et maisons aux toits de tuiles rouges ainsi que ses marchés traditionnaux où se réunissent les indigènes de la région, offrant au public leurs produits alimentaires et artisanaux tels que les céramiques et  les traditionnels textiles multicolores.

    Tout comme quelconque autre ville du pays, les églises et temples sont la pierre angulaire, le reflet idéologique d’une société ; témoins inestimables qui, au fil des siècles, forgèrent le développement national.
La Cathédrale de San Cristóbal, à l’égal de tant d’autres, fait partie de cet héritage historique basé sur les principes d’une foi religieuse toujours aussi vivante. Construite à l’origine en 1535, c’est depuis le XVIIIè qu’elle arbore la façade de style purement baroque qu’on lui connaît à ce jour.
L’église de la Merced, bienqu’ayant été érigée en 1537, semble plus contemporaine que la Cathédrale de San Cristóbal, et ce du fait de la remodélation qu’elle subit à l’époque du Porfiriato, lui conférant ainsi un style néoclassique. La Sacristie, conserve toutefois l’un des vestiges de sa construction originale : un arc roman soutenu par une poutre de gloire dont les décorations peintes à la main représentent des motifs floraux ainsi que des reliefs mettant en scène le soleil et la lune.

    Le Temple de Santo Domingo mérite également qu’on s’y attarde. Ses principales caractéristiques sont sa gigantesque façade en mortier et une chaire d’une exceptionnelle beauté, dont l’accès s’effectue par une balustrade recouverte d’or dont la base repose sur un piédestal richement sculpté semblable à un calice d’or.
Comme vous l’aurez constaté, ici, les temples et églises sont d’une importance capitale, mais il y a bien d’autres lieux à parcourir à San Cristóbal de las Casas. Le Musée de Na-Bolom par exemple, fondé en 1950 par Franz Blom et Gertrudis Duby. Situé dans une maison de style néo-classique de la fin du XIXè siècle, il se distingue par l’exposition de textiles traditionnels ainsi que par son imposante bibliothèque riche de plus de 10000 volumes se référant à l’histoire, la culture et l’anthropologie de la région.
Le Musée de la Médecine Maya, qui au travers des ses six salles d’exposition montre les diverses représentations de la science de cette culture préhispanique.La Maison de Mazariegos et le Palais Municipal qui affichent la rigueur de leurs construction en pierres ; le silence et la beauté sont interrompus par le flot répété du fleuve passant sous l’Arcotete, arc de pierre taillé par l’érosion du temps ; les quartiers de Santa Lucía, San Ramón, La Merced, Guadalupe, du Cerillo et du Mexicanos, sont autant de lieux qui entretiennent le  magnétisme mondialement reconnu de San Cristóbal de las Casas. Ville magique qui plonge le touriste  dans une réelle atmosphère de tranquilité, loin du brouhaha des grandes villes.L’arco-Torre del Carmen, à l’époque utilisé comme clocher d’église se convertit par la suite en un symbole important de la ville, remontant à un passé indigène bien lointain. Les environs de Zinacantán « Lieu des Chauve-Souris » se distinguaient au temps de Tenochtitlán comme étant le lieu de production des très recherchés plumes de Quetzal, des peaux de jaguar ainsi que des pièces d’ambre. Actuellement, l’esprit Maya y est encore palpable et ce jusque dans les moindres recoins.
Non loin de là se trouve San Juan de Chamula, village où face à l’église, les indiens Chamulas se livrent avec une dévotion et une solennité sans égal, à la réalisation de rituels syncrétiques. Un conseil : n’essayez surtout pas de les photographier vous risqueriez de vous voir confisquer votre matériel photographique, car pour eux une telle action représente le vol de leur âme. Comme toute ville mexicaine qui se doit, San Cristóbal de las Casas offre chaque année une fête de grande ampleur : La Fête du Printemps et de la Paix, événement qui depuis 135 ans se célèbre dans une ambiance des plus joviale. Destinée au commerce de toute classe, de l’artisanat à l’élevage en passant pas les cultures céréalières, la Fête du Printemps et de la Paix est à elle-même le reflet notable de la diversité sociale ainsi que des us et coutumes toujours en vigueur. Et c’est sans aucune hésitation que nous vous assurons que vous ne pourrez jamais effacer de votre esprit la magie si particulière qui donne vie à San Cristóbal de las Casas ; Cœur de Chiapas !

Galerie de Photos

Eglise Arco del Carmen au bout de la rue piétonne andador turístico, Ville de San Cristobal de las Casas

Commentaires