Guadalajara / Reportages

La Charrería

Reportages sur Guadalajara, Jalisco

La Charrería c’est bien plus qu’un homme à cheval, coiffé d’un chapeau.

"Des hommes à cheval, des hommes de lutte et de tradition conjuguent leurs efforts et soutiennent avec valeurs une des activités les plus représentatives de la nature du mexicain : la charrería. Cette tradition émane de la campagne, de la force et la lutte, de l’art et du courage, c’est l’essence même du métissage, le ressenti de tout un peuple".

C’est ainsi qu’elle est décrite par l’association de charros, et nous pouvons ajouter qu’il y a peu de choses qui s’associent autant à l’identité mexicaine que de voir à un charro – cavalier mexicain - sur son cheval, avec son pistolet et son grand sombrero – chapeau -. Ce sont les images devenues si célèbres durant l’Époque d’Or du Ciné Mexicain, où le mariachi n’était jamais loin et quand la bravoure des hommes s’exprimait a coups de fusils. Quant aux demoiselles, les Escaramuzas, elles sont à l’image de l’Adelita, cette femme révolutionnaire, battante et courageuse qui suit son homme, fidèle et tapageuse.

Cette tradition provient indéniablement des activités propres à la campagne et à l’élevage. C’est vers les années 20, quelques temps après la Révolution Mexicaine, que le fait de monter à cheval muni d’un lasso se transforma en une activité sportive. Le 16 Décembre 1933, la charrería se convertit officiellement en sport national. Actuellement elle est pratiquée toute l’année dans l’ensemble du territoire lors de concours et tournois dénommés "Lienzos Charros".

Le costume du Charro ressemble à vrai dire à celui des mariachis : pantalon, veste, chaparreras (sorte de pantalon de cuir superposé qui sert de protection), chapeau à larges bords, chemise, nœud au cou, bottines, éperons et revolver ;  il en existe bien sûr de différentes classes qui vont depuis l’habit de travail jusqu’au costume de gala. 

La "Charreada" est le spectacle qui comprend plusieurs étapes :

la “cala del caballo” (le fait d’attraper un cheval avec une corde et de le tirer), les "piales" (attraper les pates d’une jument avec un lasso), le "coleadero", la "monta de toros" (rodéo sur un taureau) et le "floreo" (action de manipuler le lasso dans les airs en formant des figures).

Les "suertes" (chances) sont les tours réalisés par les cavaliers ; les plus remarquables sont :

El "Paso de la Muerte" -le Pas de la Mort : Le charro doit passer d’un cheval au galop monté à cru (sans monture) à une jument, ce qui demande beaucoup d’équilibre et de précision.

Les "Manganas": Le cavalier, à cheval ou à pied, doit lacer les pattes de devant d’une jument ou d’un cheval sauvage avec la corde qu’il fait tourner dans les airs.

L’"Escaramuza Charra" : Cette épreuve est réservée aux femmes qui, en groupes de huit et au rythme de musique, réalisent divers exercices équestres en montant en amazone et au galop.

Le "Coleadero" : Il s’agit d’un acte durant lequel le cavalier, monté sur son cheval, tire un  taureau avec sa corde afin de le jeter à terre.

On peut aussi mentionner les tours suivants : "Piales", "Terna", "Jineteo de yeguas", "Jineteo de toros" et "Terna et Manganas". Des familles entières se consacrent à cette tradition chaque fois plus enracinée dans les terres de Jalisco et dans tout le Méxique.

Galerie de Photos

Cavaliers Charros durant un spectacle, La Charrería

Commentaires