Dolores Hidalgo / Reportages

Histoire de Dolores Hidalgo

Reportages sur Dolores Hidalgo, Guanajuato

Ville coloniale, petite mais emblématique, qui figure dans les annales de l’histoire nationale pour être le berceau du mouvement d’indépendance du Mexique. Car c’est ici, que le prêtre Don Miguel Hidalgo y Costilla lança le 16 Septembre 1810 le légendaire "grito de independencia" (cri d’indépendance), en haraguant les villageois à se rebeller contre la domination de la couronne espagnole. Mais quelle est l’origine historique de cette merveilleuse destination de Travel By Mexico?

Remontons à l’époque des Aztèques, qui nommaient "Otomi" certains groupes ethniques de Méso-Amérique qu’ils considéraient barbares et inférieurs. Ce terme proviendrait du vocable Náhuatl "totomitl" qui signifie "oiseau fléché" ou "chasseurs munis de flèches", mais quelle que soit sa signification et son origine exacte, un fait certain est qu’il s’agit d’une culture indigène qui était présente sur le territoire de l’actuelle Dolores Hidalgo, dans l’état de Guanajuato, il y a de cela plusieurs millénaires.

C’est dans ces terres que ces chasseurs fondèrent un village appelé Cocomacán "endroit où l’on chasse la tourterelle". A cette époque, ils étaient loin d’imaginer qu’ils allaient jouer un rôle clé dans l’oeuvre coloniale espagnole de la région Bajío lorsque Luis de Velasco Castilla y Mendoza, vice-roi de Nouvelle-Espagne, (position qu’il occupa à deux reprises  1590-1595 et 1607-1611), et vice-roi du Pérou (1596-1604), décréta que les familles Otomi devraient accompagner les Espagnols à s’installer dans les territoires occupés par les tribus rebelles ; acte qui servit de premier pont à la sédentarisation et la conversion au christianisme des populations nomades.

Au début de la Conquête Espagnole, le premier vice-roi de Nouvelle-Espagne, Antonio de Mendoza, octroya 2700 hectares de terres, incluyant le village de Cocomacán, au soldat espagnol García de Morón. Toutefois, l’origine de Dolores Hidalgo est étroitement liée à l’Hacienda de la Erre, un vaste domaine fondé en 1534 et dédié à l’élevage du bétail.

Vers 1610, cette propriété reçut le nom de San Cristobal, et le rang de rancho. En 1643, le rancho se transforma en congrégation avec l’érection, dans l’Hacienda de la Erre, du vicariat de Nuestra Señora de los Dolores (Notre-Dame des Douleurs). Le prêtre Don Alvaro de Osio y Ocampo rendit possible l’extension de la congrégation en 1643 grâce à l’achat de terres à l’Hacienda de la Erre, dont il fit don aux voisins, dressant ainsi les premiers plans du village. Il s’en suivit une époque prospère des secteurs agricoles et d’élevage ce qui  permit à la communauté de construire en 1712 la paroisse de Notre-Dame des Douleurs. Achevée en 1778, son édification coûta  $ 200,000.00 pesos. En 1790, la localité est élevée au rang de village, et reçoit le nom de "Pueblo Nuevo de los Dolores" (Village Nouveau des Douleurs).

Don Miguel Hidalgo y Costilla, le "père de la patrie", rejoint la congrégation de Dolores en 1803. Charismatique et cultivé, ce prêtre tissa une relation profonde avec les Indiens et les métisse de Dolores. Il développa des activités diverses au profit de la population comme la création d’ateliers de poterie et de tissage, d’une menuiserie et d’une ruche, ainsi que la plantation de mûriers et de vignes, et la formation des agriculteurs et artisans. Ces raisons expliquent en grande partie pourquoi il lui fut si facile d’animer le peuple à prendre les armes et lutter pour une nation nouvelle, affranchie de ce qu’il considérait comme le joug espagnol.

Parmi les données chronologiques les plus pertinentes de la ville, mentionnons que le 6 Juin 1863, lors d’un voyage, le président Benito Juárez visita la maison de Don Miguel Hidalgo, et la déclara propriété de la nation. Un an plus tard, les 15 et 16 Septembre, un autre personnage illustre séjourna dans cette propriété pour y célébrer le "cri d’indépendance: Maximilien, archiduc de la Maison de Habsbourg, qui, appelé par l’ensemble des groupes de conservateurs qui formaient la "Regencia de Mexico" accepta la couronne du Second Empire mexicain en 1863. Cet acte eut des répercussions désastreuses aussi bien pour lui que pour ceux qui l’avaient soutenu, notamment pour Miguel Miramon, un jeune général conservateur et héros de la bataille du "Castillo de Chapultepec" (Château de Chapultepec) et aussi le plus jeune président de l’histoire du Mexique.

Le 15 Décembre 1947, la XL législature de l’État de Guanajuato XL décréta qu’à l’avenir la ville serait appelée "Dolores Hidalgo, Cuna de la Independencia Nacional" (berceau de l’indépendance nationale), ce qui est également confirmé par un décret du Président Miguel Alemán Valdés en date du 31 Décembre 1948.  Le 15 septembre 1940, le Président Lázaro Cárdenas institua la  tradition du "cri d’indépendance" depuis le parvis de la paroisse de Dolores, mais cette année, dans le cadre des festivités du Bicentenaire, il sera donné par Felipe Calderón, Président du Mexique depuis 2006.
Pour en savoir plus sur l’Indépendance du Mexique, ne manquez pas de visiter le tout nouveau musée de Dolores Hidalgo, le "Museo del Bicentenario" où vous pourrez découvrir une importante collection d’objets, documents et oeuvres d’arts relatifs au thème de l’indépendance. 

Aujourd’hui, deux siècles après cet événement historique qui marqua le sort du Mexique, Dolores Hidalgo accueille le tourisme mondial avec fierté patriotique, fête, musique et joie incomparable ; fière d’être le point de mire et le siège d’une célébration sans précédent : la célébration du Bicentenaire de l’Indépendance du Mexique.

Galerie de Photos

Peinture représentant le curé Miguel Hidalgo suivit du peuple prêt à se battre, Histoire de Dolores Hidalgo

Commentaires